Office français de la biodiversité

Depuis le 1er janvier 2020, le Parc naturel marin des estuaires picards et de la mer d’Opale fait partie de l’Office français de la biodiversité (OFB). L’OFB est un établissement public dédié à la sauvegarde de la biodiversité. Une de ses priorités est de répondre de manière urgente aux enjeux de préservation du vivant.


Il est sous la tutelle du ministère de la Transition écologique et du ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation. Pierre Dubreuil en est le directeur général.


L’OFB regroupe les agents de l’Agence française pour la biodiversité (AFB) et de l’Office national de la chasse et de la faune sauvage (ONCFS). Unir ces deux établissements dans la lutte pour la protection de la nature, permet de rassembler des expertises, sur les milieux aquatiques, terrestres et marins et faire front commun contre les menaces qui pèsent sur la biodiversité en France. Regrouper ces deux entités, dont les agents sont implantés sur l’ensemble de l’hexagone et les Outre-mer, c’est aussi assurer un ancrage solide dans les territoires pour agir à l’échelle locale.


Le conseil de gestion du Parc naturel marin agit sur délégation du conseil d’administration de l’Office français de la biodiversité et rend compte annuellement de ses activités.

"Les forces de la biodiversité"

En octobre 2021, l'OFB diffusait dix courtes vidéos mettant à l'honneur ses agents. Cette websérie s'intitule « Les forces de la biodiversité ».

Protection des Posidonies en Méditerranée, lutte contre les espèces exotiques envahissantes, préservation des haies ou gestion de la sécheresse : les thématiques mises en avant dans les vidéos ne sont pas anodines. Chacune d'elles est une réponse aux 5 causes majeures du déclin de la biodiversité identifiées en 2019 par la Plateforme intergouvernementale scientifique et politique sur la biodiversité et les services écosystémiques (IPBES).

Ci-contre, l'épisode 4 : depuis plusieurs années, au Parc naturel marin de Mayotte, le poulpe se raréfie. Les agents de l'OFB se mobilisent pour préserver cette espèce et l’activité traditionnelle de la pêche à pied.